Arnaldur Indridason – La cité des jarres

4e de couverture :

Pourquoi l’inspecteur Erlendur use-t-il sa mauvaise humeur à rechercher l’assassin d’un vieil homme dans l’ordinateur duquel on découvre des photos pornographiques immondes et, coincée sous un tiroir, la photo de la tombe d’une enfant de quatre ans ? Pourquoi mettre toute son énergie à trouver qui a tué celui qui s’avère être un violeur ? Pourquoi faire exhumer avec quarante ans de retard le cadavre de cet enfant ? Comment résister à l’odeur des marais qui envahit tout un quartier de Reykjavic ? A quoi sert cette collection de bocaux contenant des organes baptisée pudiquement la Cité des Jarres ? Pourquoi partout dans le monde la vie de flic est toujours une vie de chien mal nourri ? Erlendur le colérique s’obstine à tenter de trouver les réponses à toutes ces questions.

~

Un polar islandais ! Autant dire que ça change des américains et autres et ça fait du bien !
On découvre l’Islande, grâce à l’inspecteur Erlendur, un homme torturé dont la fille est toxicomane. On pourrait croire que l’auteur va nous décrire l’Islande à travers ses magnifiques paysages, etc. mais il n’en est rien. On découvre que ce pays est confronté aux même problèmes de société que nous : drogue, violence, corruption, pédophilie, pauvreté, etc.

Il n’empêche que c’est un très bon polar, même si à certains moments l’intrigue a un peu de mal à décoller.

Livre lu dans le cadre du Challenge ABC 2009

Publicités

Une réflexion sur “Arnaldur Indridason – La cité des jarres

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s