Mary Shelley – Frankenstein

4e de couverture :

Victor Frankenstein ! C’est l’inventeur, le savant maudit ! A quinze ans, il est témoin d’un violent orage foudre, traînée de feu, destruction d’un chêne… Son destin est tracé. Après des années de labeur, il apprend à maîtriser les éléments ; l’alchimie est pour lui une seconde nature. Bientôt il détient le pouvoir de conférer la vie à la matière inerte. Nuit terrible qui voit la naissance de l’horrible créature faite d’un assemblage de cadavres ! L’oeuvre de Frankenstein. Un monstre ! Repoussant, inachevé mais doté, d’une force surhumaine et conscient de sa solitude. Echappé des ténèbres, il va, dans sa détresse, semer autour de lui crimes et désolation. D’esclave qu’il aurait dû être, il devient alors le maître, harcelant son créateur. Il lui faut une compagne semblable à lui… Pour Frankenstein, l’enfer est à venir…

~

Enfin je découvre « Frankenstein » , dont j’ai tant entendu parler sans jamais l’avoir lu !

J’ai été surprise par cette lecture. Je m’explique : j’ai toujours cru que Frankenstein était le nom de ce monstre, mais c’est en fait le nom de son inventeur, le Dr. Frankenstein. La créature n’ayant pas de nom ! Ensuite, j’ai souvent imaginé que cet être était un monstre sanguinaire semant la terreur autour de lui. Et bien, c’est (presque) tout le contraire !

En effet, bien qu’il sème la terreur aux être humains qu’il rencontre (à cause de son physique bien évidemment), ce monstre n’a en fait que de bonne intentions. Ce qui le fait le plus souffrir c’est la solitude, le rejet de la société et plus particulièrement de son créateur. Il se révèle être un personnage touchant en quête d’humanité.

Le Dr. Frankenstein quant à lui, s’est vu dépassé par les événements. Après la frénésie qui a entouré ses découvertes scientifiques et plus précisément la création d’un être vivant à partir de cadavres, il a très vite compris son erreur. Il a donc décidé abandonné cette créature à son propre sort et s’est mis à la mépriser. C’était sans compter la vengeance de cette dernière…

Mary Shelley fût la première à exploiter l’idée de l’homme se prenant pour Dieu. A travers son roman, elle s’interroge sur la condition humaine et le savoir scientifique (jusqu’où l’Homme peut-il aller ?).

Un classique à lire !

Livre lu dans le cadre du défi

Publicités