Donato Carrisi – Le chuchoteur

4e de couverture :

Cinq petites filles ont disparu.
Cinq petites fosses ont été creusées dans la clairière.
Au fond de chacune, un petit bras, le gauche.
Depuis qu’ils enquêtent sur les rapts des fillettes, le criminologue Goran Gavila et son équipe d’agents spéciaux ont l’impression d’être     manipulés. Chaque découverte macabre, chaque indice les mènent à des assassins différents. La découverte d’un sixième bras, dans la clairière, appartenant à une victime inconnue, les convainc d’appeler en renfort Mila Vasquez, experte dans les affaires d’enlèvement. Dans le huis clos d’un appartement spartiate converti en QG, Gavila et ses agents vont échafauder une théorie à laquelle nul ne veut croire : tous les meurtres sont liés, le vrai coupable est ailleurs.
Quand on tue des enfants, Dieu se tait, et le diable murmure…

~

Mila Vasquez est spécialiste dans les enlèvements d’enfants. Forte de ses connaissances et de son expérience, elle rejoint l’équipe de Goran Gavila pour tenter d’élucider une affaire sordide: six bras de fillettes ont été retrouvés dans un bois. Très vite, les corps de cinq d’entre elles sont retrouvés, mais aucune trace de la dernière. Est-elle toujours vivante ? Commence alors une véritable course contre la montre pour Mila, Goran et toute leur équipe.

Les chapitres sont entrecoupés par les rapports adressés par un directeur de prison au procureur général au sujet d’un détenu plutôt étrange. L’auteur laisse également la parole à une petite fille séquestrée dans une cave. Qui est-elle ? Pourquoi est-elle là ? Et qui est ce détenu aux comportements inhabituels ?

J’ai beaucoup aimé les deux personnages principaux Mila et Goran, écorchés vifs, au lourd passé et qui cachent bien des secrets.

Certes, les meurtres des fillettes sont particulièrement sordides, mais l’auteur n’en fait pas trop, pas de longues descriptions insoutenables, non, il préfère se concentrer sur l’intrigue et la psychologie des personnages.

Un livre à l’intrigue bien ficelée, sans temps mort, où les rebondissements sont nombreux et où l’auteur nous balade d’un bout à l’autre: j’ai totalement été surprise par certains éléments dévoilés au cours de l’histoire. Par contre, je l’ai été moins pour d’autres, notamment au sujet des suspects, devinant rapidement qu’ils n’étaient pas le vrai meurtrier.

Un très bon premier roman où le titre ne prend son sens qu’aux toutes dernières pages…

Merci à Laure pour le prêt !

Editions Calmann-Lévy, 2010