Suzanne Collins – Hunger games

Les Hunger Games ont commencé.
Le vainqueur deviendra riche et célèbre.
Les autres mourront …

Dans un futur sombre, sur les ruines des Etats-Unis, un jeu télévisé est crée pour contrôler le peuple par la terreur.
Douze garçons et douze filles tirés au sort participent à cette sinistre téléréalité, que tout le monde est forcé de regarder en direct. Une seule règle dans l’arène : survivre, à tout prix.

Quand sa petite soeur est appelée pour participer aux Hunger Games, Katniss n’hésite pas une seconde. Elle prend sa place, consciente du danger. A seize ans, Katniss a déjà été confrontée plusieurs fois à la mort. Chez elle, survivre est comme une seconde nature …

~

Ce roman jeunesse a reçu bon nombre de critiques dithyrambiques lors de sa sortie (et encore maintenant). J’étais donc curieuse de découvrir le premier tome de cette série à succès. Je dois dire que la lecture fût plus qu’agréable même si ce n’est pas le coup de coeur que j’espérais.

Mais revenons d’abord à l’histoire. L’auteur nous emmène à Panem, une société future où le gouvernement, appelé le Capitole, contrôle tout. La population est répartie en douze districts. Katniss Everdeen, une jeune adolescente, vit dans le district 12 avec sa mère et sa petite soeur Prim dont elle s’occupe depuis le décès de son père. Pour faire vivre sa petite famille, Katniss chasse tous les jours en compagnie de son ami Gale.

L’histoire débute le jour de la Moisson, un événement redouté par la population. En effet, une fois par an, deux jeunes de chaque district, un garçon et une fille entre 12 et 18 ans, sont tirés au sort pour participer aux Hunger Games. Les participants, au nombre de 24, sont envoyés dans une arène où ils s’entre-tuent jusqu’au dernier, alors déclaré vainqueur. Le combat est filmé en permanence par des dizaines de caméras et retransmis en direct à la population. Cette année, Peeta et Prim sont sélectionnés pour représenter le district 12. Mais Katniss refuse que sa soeur y participe et décide de prendre sa place, nous montrant une fois de plus son courage.

Elle avance vers la grosse boule qui contient les noms des filles. Elle enfonce profondément le bras dans la masse des papiers et en tire un sans regarder. La foule retient son souffle, on pourrait entendre une mouche voler, je me sens mal et je prie désespérément pour que ce ne soit pas moi, pas moi, pas moi.

Regardez, nous prenons vos enfants, nous les sacrifions, et vous n’y pouvez rien. Si vous leviez seulement le petit doigt, nous vous éliminerions jusqu’au dernier. Comme nous l’avons fait avec le district Treize.

 

Je redresse les épaules. Je me tiens aussi droite que possible. Le cylindre se lève. Pendant une quinzaine de secondes, je reste plongée dans le noir complet. Après quoi je sens la plaque métallique me pousser au-dehors, à l’air libre. Éblouie par le soleil, je perçois juste une forte brise ainsi qu’une odeur prometteuse de sapin.
Puis j’entends tonner tout autour de moi la voix de Claudius Templesmith, le speaker légendaire ;
– Mesdames et messieurs, que les soixante-quatorzièmes Hunger Games commencent !

Une fois dans l’arène, les concurrents sont livrés à eux-mêmes. Des alliances se forment, des stratégies sont mises en place, l’instinct de survie est présent en chacun d’eux.

Dès le début, Katniss nous apparaît comme une héroïne dotée d’une force et d’un courage à toute épreuve. Très indépendante et intelligente, elle survit tant bien que mal avec sa mère et sa soeur Prim à laquelle elle voue un amour inconditionnel. Mais c’est aussi une adolescente fragile marquée par la mort de son père et toujours un peu innocente.

La narration est à la première personne et au présent, ce qui donne au lecteur l’impression d’être dans l’arène et lui permet de s’attacher encore plus à l’héroïne. Le lecteur suit Katniss pas à pas et est à ses côtés lorsqu’elle lutte pour survivre.

Ce roman aborde différents sujets qui peuvent amener à des réflexions intéressantes: la télé-réalité et ses dérives, le voyeurisme, le totalitarisme,…  Riche en action et rebondissements, l’auteur insiste sur la psychologie et les sentiments des personnages et ne tombe pas dans le gore.

Malgré ses qualités, ce premier tome manque de surprise, certaines scènes étant prévisibles, notamment l’issue des Hunger Games. Je m’attendais à quelque chose de plus fort, de plus terrifiant, je voulais que l’auteur aille plus loin et qu’elle n’ait pas recours à la facilité dans certaines situations. Tout ça reste très « adolescent ». C’est pour cette raison que j’aimerais beaucoup lire sur le même thème Battle royale de Koushun Takami, apparemment plus fort encore.

Même si, au final, ce livre n’est pas un coup de coeur, je lirai la suite avec plaisir afin de savoir ce que l’auteur réserve à nos héros !

 Pocket Jeunesse, 2009

Lu dans le cadre des challenges:

 (Un coup de coeur de Clarabel et Gawou)

Advertisements

7 réflexions sur “Suzanne Collins – Hunger games

  1. Je n’ai toujours pas lu ce premier tome alors qu’il est dans ma PAL depuis sa sortie. Il faudrait vraiment que je me lance mais on en a tellement entendu parler que j’ai peur d’être un peu déçue…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s