Stephen King – Peur bleue

4e de couverture:

Cette année, le blizzard de janvier n’a pas apporté que de la neige. Les uns après les autres, les habitants de Tarker’s Mills se font égorger en pleine nuit, sous la lumière blafarde de la pleine lune. Ouvriers esseulés, notables influents, commerçants, vieilles filles, nul n’est épargné, pas même les enfants. Et chaque mois, le cauchemar se renouvelle. Inéluctablement. Le loup-garou déchire la nuit de ses hurlements plaintifs. Tout le monde entend son cri, mais nul ne sait qui sera la prochaine victime. Une seule chose est sûre : il est l’un d’entre eux. Douze mois, douze pleines lunes. L’horreur ne fait que commencer…

~

Peur bleue est en fait la réédition de la nouvelle L’année du loup-garou augmentée d’une préface de l’auteur et du scénario de l’adaptation cinématographique.

Le projet initial était d’écrire une histoire pour chaque mois d’un calendrier. Chacun des textes devait être accompagné d’une peinture de Berni Wrightson. Mais Stephen King a finalement écrit plus que prévu, et ce projet de calendrier s’est transformé en une nouvelle divisée en douze chapitres qui fût publiée à tirage réduit en 1983.

Dehors, la neige recouvre peu à peu les traces de la créature. Le vent crie d’une voix déchirante qui évoque des hurlements de plaisir. Mais d’un plaisir sans âme, sans Dieu, sans soleil – jouissance de gel opaque et d’hiver ténébreux. Le cycle du loup-garou a débuté.

L’histoire se passe à Tarker’s Mill, une petite ville tranquille du Maine. Depuis le début de l’année, chaque mois à la pleine lune, une bête s’attaque aux habitants. Personne n’est épargné : hommes, femmes, enfants. La population prend peur et décide d’arrêter ce monstre, en vain. Certains sont persuadés qu’il s’agit d’un loup-garou, d’autres ni croient pas. Mais les faits sont là. Aucun doute n’est possible. Qui peut être ce loup-garou ? L’énigme restera entière jusqu’au jour où un petit garçon prénommé Marty échappe à une agression du loup-garou et découvre rapidement qui est l’homme qui se transforme chaque soir de pleine lune. Mais ce dernier est bien décidé à se venger…

Depuis trois jours, il éprouve des sensations désormais familières. Il est agité, fébrile; une impatience presque joyeuse l’a envahi; il a des tiraillements dans tout le corps. La mue approche, elle est tout près.

Certes, ce n’est pas un des grands romans de Stephen King, mais c’est une nouvelle plutôt sympathique pour les fans de l’auteur. À nouveau, la peur et l’horreur s’insinuent dans le quotidien des habitants. Le suspense est bien présent, la tension aussi. Quelques unes des douzes nouvelles sortent du lot notamment celle de février où la jeune Stella Randolph est retrouvée morte dans sa chambre. Mais il est dommage que l’auteur n’ait pas plus développé le thème du loup-garou comme il l’a fait pour celui des vampires dans Salem.

Quant au scénario, je l’ai trouvé assez différent et moins intéressant. L’atmosphère n’est plus la même, l’histoire est trop centrée sur Marty. De plus, comme c’est un scénario, il est plus difficile à lire car il faut un peu de temps pour s’habituer aux multiples annotations. Cependant, il n’est pas impossible que je regarde le film un de ces jours par curiosité.

Editions J'ai Lu, 1986 (1ère édition)
Editions J'ai Lu, 2000

Lu dans le cadre du challenge , session 1, mot: bleu.


					
Advertisements

8 réflexions sur “Stephen King – Peur bleue

  1. Ca fait des jours et des jours que je veux passer par chez toi. J’ai accumulé un retard impressionnant dans mes visites ces dernières semaines… Il y a des périodes comme ça…

    Je suis en pleine découverte de Stephen King. Je vais sans doute poursuivre avec les plus célèbres mais je garde celui-ci dans un coin de ma tête car il m’intéresse. Je ne savais pas qu’une adaptation avait été réalisée, il faudrait que j’y jette un oeil.

  2. En effet , comme tu l’écris, «Peur bleue» n’est pas le meilleur de King et j’avoue que de toutes mes lectures de l’auteur c’est celui que j’ai le moins apprécié. Par contre «Le Fléau» c’est du bonbon!

    • Effectivement, le nombre de page de ses romans est en général assez important. Je suis actuellement plongée depuis juin dans « le Fléau », 3 volumes de 500 pages chacun.

  3. J’ai lu le même livre pour ce challenge ^^ Il m’avait bien plus, j’ai trouvé l’histoire assez prenante, plus les nouvelles que le scénario mais il faut dire qu’un scénario est assez spéciale à lire ^^ Stephen King a publié un autre roman sous forme de scénario, je crois que c’est La tempête du siècle mais je suis pas sûre (je crois même qu’il a été édité sous forme de scénario et aussi sous forme de roman).

    Le film, je l’ai regardé par curiosité, il passait à la télé, j’ai sauté sur l’occas’ & il se rapporte de très près à l’histoire en fait donc pas de surprise ^^ Par contre, j’ai trouvé les effets spéciaux très bien pour l’époque.

    • J’ai également « La tempête du siècle » dans ma PAL, mais pas encore lu. Je vais essayer de me procurer « Peur bleue » un jour, mais j’ai peur que ça ait mal vieilli. On verra…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s