Sartre – Huis clos ; suivi de Les mouches

4e de couverture :

Garcin : – Le bronze… (Il le caresse.) Eh bien, voici le moment. Le bronze est là, je le contemple et je comprends que je suis en enfer. Je vous dis que tout était prévu. Ils avaient prévu que je me tiendrais devant cette cheminée, pressant ma main sur ce bronze, avec tous ces regards sur moi. Tous ces regards qui me mangent… (Il se retourne brusquement.) Ha ! vous n’êtes que deux ? Je vous croyais beaucoup plus nombreuses. (Il rit.) Alors, c’est ça l’enfer. Je n’aurais jamais cru… Vous vous rappelez : le soufre, le bûcher, le gril… Ah ! quelle plaisanterie. Pas besoin de gril : l’enfer, c’est les Autres.

~

« L’enfer c’est les autres ». Cette phrase est connue de (presque) tout le monde. Pourtant, la pièce dont elle est tirée l’est un peu moins. Et c’est bien dommage.

Huis clos est une pièce de théâtre en un acte. L’histoire se déroule en Enfer dans un lieu confiné. Les trois personnages (Garcin, Inès, Estelle) ne se connaissent pas, mais sont condamnés à vivre ensemble pour l’éternité, il n’y a pas d’échappatoire possible.

Très vite, le ton monte, ils se supportent de moins en moins. Il faut dire que leur caratère sont très différents. Mais même si chaque personnage devient l’enfer de l’autre, il s’avère qu’ils ont besoin les uns des autres.

À tour de rôle, ils vont se confier leurs pêchés, et au fur et à mesure, réaliser le sens de la vie et de la mort.

L’Enfer de Sartre ne ressemble pas du tout à ce nous imaginions, ni à ce qu’imaginaient les personnages. Pas de diable, ni de flammes, ni de torture. Cet enfer pourrait exister dans notre monde.

Moi qui ne suis pas une adepte des pièces de théâtre,  je me suis régalée à la lecture de celle-ci ! Sartre entraîne le lecteur dans un univers singulier, étrange. Son écriture est agréable et facile à lire tout en incitant à la réflexion.

La seconde pièce, « Les mouches » raconte l’histoire d’Oreste qui, rentrant à Argos, découvre la ville envahie par des mouches. Sa mère, Clytemnestre et son beau-père, Égisthe, ont assassiné son père Agamemnon. Influencé par sa soeur Electre, Oreste décide de le venger.

Malheureusement, je dois dire que je n’ai pas adhéré à cette pièce et elle fût vite oubliée…

Editions Gallimard, collection Folio, 2000

Lu dans le cadre du défi (septembre)

Publicités