Karen Maitland – Les âges sombres

4e de couverture :

1321. Les habitants d’Ulewic, une petite cité isolée de l’est de l’Angleterre, sont sous le joug de leur seigneur et de l’Église, celle-ci ayant supplanté, depuis quelques années, le paganisme qui régnait dans la région. Non loin du village s’est installée une petite communauté chrétienne de femmes, des béguines originaires de Belgique. Sous l’autorité de sœur Martha, elles ont jusqu’alors été assez bien tolérées. Mais les choses commencent à changer. Le pays connaît en effet des saisons de plus en plus rigoureuses, les récoltes sont gâchées, les troupeaux dévastés et le besoin d’un bouc émissaire se fait sentir. Neuf hommes du village, dont on ignore l’identité, vont profiter de la tension qui commence à monter pour restaurer un ordre ancien et obscur. Renouant avec de terribles rites païens, usant de la terreur, du meurtre et de la superstition, ils vont s’en prendre aux béguines, qui devront les démasquer et élucider les secrets du village avant que la région ne soit mise à feu et à sang.

~

Pour son deuxième roman, Karen Maitland nous plonge à nouveau dans l’Angleterre du 14e siècle. L’histoire se déroule dans le village d’Ulewic où une communauté religieuse s’y est installée un peu à l’écart. Mais ce béguinage a bien du mal à se faire accepter des habitants, influencés par le prêtre et d’autres forces mystérieuses. Intimidations, menaces, méfiance de la population, tel est le quotidien de ces femmes qui pourtant n’hésitent pas à aider les plus démunis.

Tout au long de ce récit à la première, les voix s’alternent. Un index des noms des personnages est présent au début du livre pour mieux s’y retrouver, mais pas d’inquiétude car il n’est pas si nécessaire vu leur nombre. Le père Ulfrid fait partie des narrateurs: un prêtre qui tente de cacher son passé et qui ferait tout pour quitter Ulewic. Au début, on éprouve un peu de compassion pour lui, mais elle se dissipe rapidement. Et puis il y a cette force invisible, mais puissante : les Maîtres-Huants qui ont peu à peu imposé leur pouvoir par la terreur.

Évidemment, comme le titre le suggère, il n’y a rien de réjouissant dans ce roman: peurs ancestrales, croyances, légendes, religion et rites païens se côtoient. Et puis la différence fait peur, c’est bien connu.

J’ai retrouvé avec plaisir la plume de Karen Maitland. Comme dans son premier roman La compagnie des menteurs, l’ambiance du Moyen Âge est décrite à merveille. On a vraiment l’impression d’être plongé dans le quotidien de ce village où la faim, les mauvaises récoltes, les superstitions, l’influence de l’Église, mais aussi des Maîtres-Huants sont omniprésents.

Un auteur à suivre !

Editions Sonatine, 2012

Lu dans le cadre du challenge Challenge Thrillers et Polars

Publicités

Karen Maitland – La compagnie des menteurs

4e de couverture :

1348. La peste s’abat sur l’Angleterre. Rites païens, sacrifices rituels et religieux : tous les moyens sont bons pour tenter de conjurer le sort. Dans le pays, en proie à la panique et à l’anarchie, un petit groupe de neuf parias réunis par le plus grand des hasards essaie de gagner le Nord, afin d’échapper à la contagion. Neuf laissés-pour-compte qui fuient la peste mais aussi un passé trouble. Bientôt, l’un d’eux est retrouvé pendu, puis un autre noyé, un troisième démembré… Seraient-ils la proie d’un tueur plus impitoyable encore que l’épidémie ? Et si celui-ci se trouvait parmi eux ? Toutes les apparences ne vont pas tarder à s’avérer trompeuses et, avec la mort qui rôde de toutes parts, les survivants devront faire preuve d’une incroyable sagacité, au milieu des secrets et des mensonges, pour trouver le mobile des meurtres et résoudre l’énigme avant qu’il ne soit trop tard.

~

Angleterre. Milieu du 14e siècle. Ils sont neuf personnages, réunis par hasard, à faire route ensemble vers la mer pour échapper à la peste : un vendeur de reliques, un musicien et son élève, une guérisseuse, un magicien au tempérament belliqueux, un peintre et sa femme enceinte, un conteur, ainsi qu’une jeune fille mystérieuse, au comportement étrange, lisant les runes. Camelot, Rodrigo, Joffre, Plaisance, Zophiel, Osmond, Adela, Cygnus, Narigorm : neuf noms, neuf personnalités différentes, avec un passé qui leur est propre, mais aussi des secrets…

En plus de cette peste qui les suit inexorablement, une autre chose attise leur peur. Ils l’entendent la nuit, et très vite la mort rôde parmi eux… Persuadés que c’est un loup qui les traque, ils sont effrayés. Une peur qui conduit à de vives tensions au sein du groupe, les uns accusant les autres, et des clans qui se forment inévitablement. Outre la peur, leur voyage est rythmé par la faim, le froid, le manque d’hygiène, la recherche presque quotidienne d’un abri pour passer la nuit, bref des conditions de vie loin d’être idéales. Les villages sont déserts car la peste est passée par là. Cependant, il n’est pas bon de s’éterniser à un endroit au risque d’attirer l’attention. Survivre est le mot d’ordre. Une lutte quotidienne.

À ceux qui s’attendent à un thriller, vous risquez d’être déçus. La compagnie des menteurs est avant tout un roman d’ambiance, ma foi fort bien rendue ! Croyances, superstitions, peste… j’ai beaucoup aimé cette immersion dans le Moyen âge et l’atmosphère lourde et sombre qui se dégage du roman. Sans parler des personnages qui ont chacun leur part de mystère… Certains d’entre eux mentiraient-ils ? Cacheraient-ils leur vraie nature ? On pourrait reprocher quelques longueurs, mais cela reste malgré tout prenant. Et puis, en plus d’être bien écrit, le roman est très bien documenté, ce qui rend l’histoire assez réaliste.

La compagnie des menteurs est le premier roman de l’auteur traduit en français. À nouveau un très bon cru de chez Sonatine !

Editions Sonatine, 2010

Les avis de Ellcrys et Belledenuit (avec qui ce devait être une lecture commune à la base…).

Lu dans le cadre du challenge Challenge Thrillers et Polars