Fred Vargas – Pars vite et reviens tard

4e de couverture :

Ce sont des signes étranges, tracés à la peinture noire sur des portes d’appartements, dans des immeubles situés d’un bout à l’autre de Paris. Une sorte de grand 4 inversé, muni de deux barres sur la branche basse. En dessous, trois lettres : CTL. A première vue, on pourrait croire à l’œuvre d’un tagueur. Le commissaire Adamsberg, lui, y décèle une menace sourde, un relent maléfique. De son côté, Joss Le Guern, le Crieur de la place Edgar-Quinet, se demande qui glisse dans sa boîte à messages d’incompréhensibles annonces accompagnées d’un paiement bien au-dessus du tarif. Un plaisantin ou un cinglé ? Certains textes sont en latin, d’autres semblent copiés dans des ouvrages vieux de plusieurs siècles. Mais tous prédisent le retour d’un fléau venu du fond des âges…

~

Lorsque Pimprenelle nous a donné rdv le 9 juin pour découvrir Fred Vargas, je n’ai pas hésité. Cela faisait un moment que Pars vite et reviens tard m’attendait dans ma PAL.

Et pour mon premier Fred Vargas, je n’ai pas été déçue.

Le plus grand fléau de tous les temps refait surface après des siècles, faisant paniquer la population. Qui se cache derrière cela ? Qui est l’auteur de ces messages intrigants que reçoit Joss Le Guern pour qu’il les crie sur la place publique ?

Les personnages présents dans ce roman sont atypiques, singuliers (un crieur qui parle de temps à autre avec son arrière grand-père, un dentellier conseillé en choses de la vie, une ancienne prostituée,…), mais néanmoins attachants.

Adamsberg est un flic doté de beaucoup d’intuition, posé, réfléchi, mais qui perd souvent la mémoire (sa méthode pour se souvenir des noms des gens est amusante). Il a ses méthodes à lui, pas toujours approuvées par ses collègues, en particulier Danglard.

L’auteur distille les informations tout au long du récit, le lecteur est tenu en haleine jusqu’au bout. Il est vrai que le début peut paraître un peu lent, mais ensuite tout s’accélère. Le roman est également parsemé de références historiques intéressantes.

Le style est fluide et agréable. On peut dire que l’intrigue tient la route et a le mérite d’être originale.

Tout cela forme un roman policier très bien écrit et documenté, ce qui ne m’étonne pas puisque Fred Vargas est archéologue, spécialiste du Moyen Âge.

Après cette belle découverte, il est certain que je vais lire rapidement Un lieu incertain, qui m’attend dans ma PAL.

Lu dans le cadre du défi

Advertisements

7 réflexions sur “Fred Vargas – Pars vite et reviens tard

  1. C’est le seul Vargas que j’ai lu jusqu’à présent et j’avais bien aimé aussi :) Je pense en lire d’autres si l’occasion se présente.

  2. Je n’ai lu qu’un Vargas jusqu’à maintenant, L’homme aux cercles bleus, avec au final un sentiment mitigé. Comme le quatrième de couverture de Pars vite et reviens tard ressemble beaucoup à celui de ce dernier, je ne suis pas sûre de vouloir retenter ma chance avec Vargas avec une intrigue similaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s